LiveLoveBeirut se mobilise pour les beautés du Liban

Ils étaient plus d’une centaine, ce samedi 16 septembre, à faire le déplacement jusqu’à Kfarhelda (caza de Batroun). Venus de toutes les régions du pays, certains ont traversé toute une partie du Liban pour pouvoir être présents et apporter leur aide. Initiée par LiveLoveBeirut, association destinée à promouvoir le tourisme au Liban, cette journée, coorganisée avec la municipalité de Kfarhelda, était consacrée au déblaiement tout autour des cascades de la localité, où les déchets s’amoncellent depuis des années. De toutes les générations et venus de Haret Hreik, Jezzine, Ghazieh, Saïda, Zahlé, Tripoli, Achrafieh ou de Furn el-Chabbak, chacun a donné de son temps dans l’objectif de préserver la beauté de la nature.

« Je suis là parce que c’est vraiment dommage, déclare une adolescente venue prêter main-forte avec une bande d’amis. Cet endroit est très beau, mais il est affreusement sale! Si on ne s’y met pas maintenant, dans quelques années, ce sera un dépotoir! » C’est sur ces paroles que la journée a commencé. Partis à 8h00, rentrés aux alentours de 20h00, tous ont œuvré sans relâche pour remplir des sacs entiers de déchets. Bouteilles, papiers, chaussures, cintres, ce sont parfois des objets enterrés là depuis de nombreuses années qui sont extraits du sol. La petite troupe ne se laisse pourtant pas abattre, et c’est au milieu des rires et des rencontres que leur tâche se prolonge. Déterminés, certains n’hésitent pas à arpenter les cascades glacées et rentreront chez eux trempés de la tête aux pieds. Une mère a même emmené avec elle son enfant en bas âge et l’aide à porter des sacs aussi lourds que lui. La pause de midi sera courte, certains préféreront même passer outre, encouragés par les chants de scouts également venus prêter main forte. Durant toute l’après-midi, c’est une véritable chaîne qui se forme pour remonter les déchets. En tout, tous ces volontaires auront œuvré pendant 10h sans jamais se plaindre ni baisser les bras.

Éveiller les consciences

« Notre association a pour principale mission de montrer la beauté de notre pays, explique Eddy Bitar, initiateur de ce projet. Le problème, c’est qu’on ne peut pas d’un côté montrer les plus beaux aspects du pays, et de l’autre laisser passer ce genre de choses. Ce coin-là est magnifique, mais nous le gâchons depuis des années. » Il explique également vouloir organiser ce genre de journées plus souvent à l’avenir : « Ce qui s’est passé aujourd’hui me rend confiant. Ce qu’on voit là, dit-il en désignant la chaîne des travailleurs, c’est très beau. Tous ces gens qui se sont déplacés, qui ne se connaissaient pas, sont venus uniquement parce qu’ils partagent le même but : sauver la beauté du Liban. Cela montre un réel éveil des consciences ! » Un avis partagé par les participants : « J’ai trouvé ce moment très touchant, témoigne Juliette, une Française en mission au Liban depuis 3 mois. Ce qui était fascinant surtout, c’était ce réel engagement. Ce qui est sûr, c’est que personne n’est venu pour faire semblant : tout le monde était vraiment déterminé jusqu’à la fin, c’était incroyable ! »

Ce n’est qu’à la tombée du jour que les participants prendront le chemin du retour, suivis par des camions entiers de déchets. Fatigués, sales, mouillés, mais avec la sensation du devoir accompli. « Nous n’avons fait qu’une petite action pour ce grand travail à mener, mais c’est peut-être le début d’une nouvelle prise de conscience », déclare un adolescent de 17 ans au moment de partir.

Lire l’article sur L’OLJ

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s